Interviews, Music

Metal Overload, le webzine raconté par Guillaume

Il y a quelques mois, j’ai intégré l’équipe de Metal Overload et j’y ai été accueillie très chaleureusement. Aujourd’hui, les rôles sont inversés : afin de présenter ce chouette et encore jeune webzine, c’est Guillaume, son fondateur, qui répond à mes questions.

Bonjour Guillaume, peux-tu commencer par te présenter un peu ? Salut Isabelle ! Alors, j’arrive sur mes 28 printemps. Je suis développeur de profession et passionné / collectionneur de vinyles, jeux vidéo, comics et tout ce qui est un peu ancien. Je participe à une émission de radio nommée « Pogo Loco » qui est diffusée sur 48FM et j’aide dans l’orga du Rise Of Trolls en tant que community manager et responsable du merch durant les événements.

Étant donné que tu gères un webzine dédié au metal, quels sont tes groupes préférés ? Alors, le plus drôle à propos de tout ça, c’est que je ne suis pas un fan de metal à l’origine ! Je suis très éclectique. Je peux écouter du Sinatra ou du Glen Miller toute une journée et le lendemain passer à de l’électro en finissant sur du Betraying The Martyrs ou du Five Finger Death Punch ! Après, une chose est sûre, je suis un énorme fan d’Aerosmith et d’Alice Cooper ! Si je dois définir mes styles de prédilection, cela se tourne plus vers le glam, le heavy et le sympho.

Ensuite, peux-tu nous présenter et nous raconter un peu l’histoire de ton webzine, Metal Overload ? En fait, je fréquentais une émission de radio nommée « Headbanging » et nous avions eu envie de faire plus que juste une émission de radio, d’où l’idée du webzine ! Après quelques temps, nous avons constaté certaines divergences d’opinions et on a fini par quitter le projet… Nous étions cinq (Laupi, Maëva, Délia, Nicolas et moi) et nous ne voulions pas en rester là. Alors, on s’est dit qu’on allait repartir de zéro et faire quelque chose qui nous correspond qui sera de meilleure qualité et qui ne fonctionnera pas de la même manière que là-bas. C’était en juillet 2018 et le webzine est né officiellement en septembre.

D’ailleurs, comment as-tu choisi ce nom ? Je n’ai pas choisi seul, tout le monde a participé. L’idée venait de l’expression anglaise « a music overload » qui décrit une sensation d’avoir tellement de musique à écouter qu’on n’arrive plus à se décider. Vu qu’on essaie de couvrir un peu tous les styles allant du rock au metal, on s’est dit que ça correspondait à ce qu’on voulait réaliser et nous l’avons donc adapté au style qui prédomine quand même : le metal !

Il y a énormément de webzines, donc, qu’est-ce qui t’a donné envie de fonder le tien plutôt que d’en rejoindre un déjà existant ? L’envie de créer quelque chose « from scratch », d’apprendre par soi-même et de faire évoluer un projet. De plus, on voulait constituer une équipe qui aurait une mentalité familiale plutôt que de travail.

Selon toi, qu’est-ce qui différencie Metal Overload des autres webzines ? On propose du contenu dans deux langues déjà, en français et en anglais. On prône aussi la qualité plutôt que la quantité : on préfère ne pas publier cinq articles par jour mais un tous les deux jours et qu’on soit réellement satisfaits de ce qu’on propose ainsi que du groupe traité. Les articles sont relus par deux personnes et la mise en page est réfléchie afin d’être la plus agréable possible pour le lecteur. Après, nous n’allons pas nous leurrer : on reste quand même similaires aux autres sur le style de contenu que nous proposons : interviews, live reports, reviews d’albums,…

De combien de personnes est composée ton équipe actuellement ? Peux-tu nous les présenter un peu ? Nous sommes actuellement 11 avec toi. À la rédaction, il y a : Délia, elle est fan de metal extrême en général. Elle a fait des études de langues et avait déjà réalisé des interviews quand elle était plus jeune. Valentine, qui fait des études de journalisme. Elle aime, elle aussi, le death et le black. Il y a aussi Martin depuis peu.  Puis, nous travaillons en collaboration avec John et Rudy de Pogo Loco, ce qui nous permet de diversifier les contenus. Ensuite, nous avons trois photographes : Laupi,  il a sa propre page perso (Laupi Photo) et est plus intéressé par le heavy metal. Il participe à l’organisation du Durbuy Rock Festival. Maëva, qui travaille et a travaillé pour beaucoup de webzines et qui réalise des photos de mode, de mariage, de concerts, etc. Elle a aussi, bien entendu, sa propre page : Maëva Brifflot. Enfin, Morgane vient de nous rejoindre. Mais il manque une personne, n’est-ce pas ? La petite dernière : Maïté, ma compagne, qui joue les relectrices afin de nous aider. Elle n’écoute pas de metal du tout et a fait un an d’étude de prof de langues avant de partir sur la comptabilité.

Est-ce que tu recherches d’autres personnes pour rejoindre les rangs de Metal Overload ? Si oui, quelles sont les conditions pour en faire partie et comment postuler ? Oui, on recherche pas mal de gens ! Il n’y a aucune réelle condition… Après, nous souhaitons juste que la personne qui nous rejoint soit réellement motivée par le projet ! Nous attendons d’elle qu’elle fasse la démarche de s’intéresser, de proposer ce qu’elle a envie de faire et de ne pas hésiter à s’intégrer dans le groupe. Nous n’imposons aucun rythme car nous avons tous une vie privée sur le côté qui nous prend plus ou moins de temps et celle-ci prime quand même sur le webzine. Cela reste plus une passion pour nous qu’un travail. Le travail ne manque pas car nous recevons beaucoup de contenu et de propositions mais le temps, lui, nous manque. Pour nous contacter, rien de plus simple ! Un message via Facebook, Twitter ou Instagram fonctionne. Ou même un mail à : contact@metal-overload.com. Si vous êtes hésitant, venez nous en parler, ça ne coûte rien !

Quels sont tes projets par rapport au webzine à court et à long termes ? Actuellement, l’agrandissement de l’équipe afin de couvrir plus de styles de musique et d’événements. Sur plus long terme, j’aimerai trouver des partenariats, sponsors ou subsides nous permettant de réaliser de plus gros projets et nous fournir du matériel. Après, tout cela reste fort flou car nous avançons au jour le jour en prenant des décisions qui nous permettent d’avoir toujours de plus en plus d’options pour l’avenir.

Si tu souhaites ajouter quelque chose pour finir cette petite interview, n’hésite pas… Merci à toi de m’avoir donné la possibilité de m’exprimer au travers de cette interview et de faire découvrir notre webzine. Je souhaite remercier toute l’équipe de Metal Overload et les gens qui nous ont fait confiance jusque-là. Il y en a trop pour tous les citer : labels, boîtes de promo, orgas, groupes, amis, familles,… Mais sans eux, tout cela ne serait pas possible ! Après, que dire ? N’hésitez pas à venir nous découvrir, à réagir (j’aime papoter) et à présenter notre travail à vos connaissances si celui-ci vous plaît !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s